bavures policières et dérives sécuritaires

Autres genres musicaux, société, culture, loisirs, bons plans et un peu tout le reste.

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par albator le 06 Mai 2009, 14:49

1er Mai : des policiers en civil, faux manifestants, jouent la provocation


Selon Le Canard enchaîné du 6 mai, des policiers en civil ont volontairement provoqué les gendarmes mobiles chargés de disperser la fin du cortège du 1er Mai à Paris, place de la Bastille. Lire la suite l'article
'Une demi-douzaine d'encapuchonnés, baskets aux pieds, crânes rasés et bardés d'autocollants 'Casse-toi pauv'con' ou 'Rêve général', volent au secours de leurs camarades zonards', 'un groupe de jeunes punks' qui se trouvaient sur les marches de l'Opéra-Bastille, raconte le journal. La tension monte, les interpellations aussi, 'sauf la demi-douzaine de provocateurs qui réussissent à s'évaporer. Et pour cause', souligne Le Canard.

L'hebdomadaire satirique déclare disposer de photographies de ces 'chauffeurs', sortant peu auparavant 'deux par deux, de fourgons de police stationnés boulevard Richard-Lenoir'. Du côté de la préfecture de police, on ne nie pas les faits. Ces policiers en civil qui traquent le flagrant délit, quitte à le susciter, font partie d'une 'compagnie de sécurisation', créée officiellement en 2005 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur, afin de 'protéger les manifestants' contre les casseurs à l'issue des manifestations lycéennes. Depuis, cette compagnie a écumé d'autres manifestations et, selon le journal, 'il est question d'en créer d'autres ailleurs en France'.
"..........."
Avatar de l’utilisateur
albator
Gold Rider
 
Message(s) : 200
Inscription : 10 Fév 2008, 23:36
Localisation : Paname......

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Publicité

Publicité
 

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par 13TSF le 06 Mai 2009, 16:33

très très intéressant..
"être français, c'est d'abord être révolutionnaire".
éric cantona, 8 décembre 2009.
Avatar de l’utilisateur
13TSF
Gold Rider
 
Message(s) : 428
Inscription : 12 Sep 2007, 15:25
Localisation : le 13

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par Sharp_Neusk le 07 Mai 2009, 07:40

C'est pas nouveau, on avait vu ces pratiques par exemple, à l'oeuvre lors de la plupart des manifs anti-CPE, par exemple ce jour (entre autres) où un groupe de "vandales" masqués avaient fait tomber certaines vitrines de la rue de la Roquette avant même le passage du cortège, groupe de vandales qu'on retrouvait ensuite avec de jolis brassards oranges et des téléscos à la main place Voltaire...

La presse en avait un peu parlé, genre est-ce que c'est éthiquement acceptable de faire provoquer des délits par des policiers chargés normalement de les réprimer, pas d'en être les instigateurs etc...
D'ailleurs à Bastille ça s'est retourné contre eux, puisque y'a un civil qui s'était fait matraquer un peu par des GM (il "caillassait"), avant que d'autres civils ne débarquent pour lui sauver la mise :)

Cette pratique existe depuis longtemps, les manifs anti-CPE c'est qu'un exemple...
Avatar de l’utilisateur
Sharp_Neusk
Gold Rider
 
Message(s) : 307
Inscription : 04 Déc 2006, 17:17

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par SKR le 07 Mai 2009, 09:03

Apparemment ça date pas d'hier ces façins de faire.
A quand les intérimaires caillasseurs ? le marché de l'emploi à de nouvelles ressources, manifester et foutre le bordel sera bientôt toute une entreprise avec ses salariés de chaque côté...
Avatar de l’utilisateur
SKR
Silver Rider
 
Message(s) : 108
Inscription : 29 Jan 2009, 11:48
Localisation : Paris VDM / Londres UK

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par 2klo le 07 Mai 2009, 23:20

en double file a argenteuil et tu te fait tiré o flasball c bien encore et encor
Avatar de l’utilisateur
2klo
Gold Rider
 
Message(s) : 302
Inscription : 24 Mars 2009, 18:08

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par antifascista le 12 Mai 2009, 12:09

Publié le 12/05/2009 à 11:42 Le Point.fr
VILLIERS-LE-BEL - Deux jeunes grièvement blessés à l'oeil, l'IGPN saisie

AFP

Deux jeunes ont été grièvement blessés à l'oeil samedi soir à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) où des violences ont éclaté entre plusieurs groupes de jeunes et la police, blessant légèrement cinq policiers, a-t-on appris mardi de source judiciaire. Le parquet de Pontoise a saisi mardi l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la police des polices) pour savoir dans quelles circonstances les deux habitants ont été touchés.

Plusieurs affrontements entre jeunes et forces de l'ordre ont éclaté en différents quartiers de Villiers-le-Bel samedi soir. Au cours de ces violences, cinq policiers ont été légèrement blessés par des tirs de projectiles, avait indiqué dimanche une source policière à l'AFP. Deux habitants de 21 ans et 31 ans ont aussi été grièvement blessés à l'oeil, a précisé une source judiciaire, confirmant une information du Parisien de mardi. L'habitant de 31 ans "dit qu'il mangeait un sandwich dans la rue quand des forces de l'ordre sont arrivés", a expliqué à l'AFP son avocate, Me Caty Richard. Il a alors été touché à l'oeil par ce qu'il dit être une balle sans qu'on sache si c'est une balle, un flash-ball ou un gomme-cogne", ajoute-t-elle.

Le jeune homme qui a définitivement perdu son oeil a été entendu par les policiers de la sûreté départementale lundi soir. Il devait être opéré mardi matin à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris pour lui enlever l'oeil touché et le remplacer par une prothèse. "Je veux qu'il soit entendu comme une victime, qu'il y ait une réelle investigation et pas qu'on parte du principe qu'il était opposé aux forces de l'ordre", a réagi Me Caty Richard. Le deuxième habitant touché qui a aussi perdu l'usage de son oeil a également été entendu par la sûreté départementale, selon la source judiciaire.

Les affrontements entre jeunes et policiers sont réguliers à Villiers-le-Bel depuis la mort en novembre 2007 de deux adolescents tués dans la collision de leur moto avec une voiture de police et les deux nuits de violences qui s'en étaient suivi.
STRICTLY ANTIFASCIST
Avatar de l’utilisateur
antifascista
Gold Rider
 
Message(s) : 425
Inscription : 12 Fév 2008, 17:37

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par SKR le 18 Mai 2009, 09:37

Suite au guet apens dans le 93 ( celui qui est surmédiatisé) jvois déjà les titres sur les journaux "pas assez d'effectifs blablabla", "on va faire le ménage", "truc de ouf y'a des armes contre les flics" et tout ça... y'a deux clampins qui veulent s'évader en foutant un max de bordel parce que c'est tout cqu'ils ont trouvé et ça y est faut plus de flics, plus d'armes et plus de repression ! C'est vraiment un cirque ce merdier, des guet apens y'en a tout ltemps...

Il y a eu trois impacts dans la carrosserie du véhicule de police. Et les enquêteurs ont retrouvé cinq douilles de fusil 7.62. C'est donc avec une arme de guerre que les policiers ont été pris pour cible dans la nuit de samedi à dimanche à la cité des 4.000, à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis (lire notre article). Une "première, en matière de violences urbaines", selon le Directeur départemental de la sécurité publique, Jean-François Herdhuin. "Je n'en avais entendu parler que dans les affaires de grand banditisme" et "c'est la première fois, et je travaille depuis longtemps en banlieue parisienne, que je vois utiliser des armes de ce calibre dans le cadre des violences urbaines", a-t-il dit sur Europe 1. Interrogé ensuite sur LCI, il promet de ne pas se laisser intimider et reste ferme : "il n'est pas question de lâcher le terrain", dit-il (voir la vidéo).

D'où le "dispositif policier renforcé" mis en place ce dimanche par Jean-François Herdhuin, en particulier dans la cité des 4.000. "Des renforts venant de Paris ainsi qu'une compagnie de CRS supplémentaire", "des patrouilles renforcées très dissuasives, avec fusils à pompe et pistolets mitrailleurs" et "un gros dispositif de fouille", a-t-il détaillé lors d'une conférence de presse, ajoutant "la police sera très offensive. Cependant, il y a une volonté forte de ne pas aggraver la situation et d'agir avec discernement", car "depuis le début de l'année, la délinquance a baissé de 5% (dans) le département". Dès dimanche, des policiers ont mené plusieurs opérations de fouille d'immeubles dans le quartier des 4.000, où ils ont trouvé notamment 10 kilogrammes de cannabis et une vingtaine de téléphones portables.

:arrow: http://tf1.lci.fr/infos/france/faits-di ... iets-.html
Avatar de l’utilisateur
SKR
Silver Rider
 
Message(s) : 108
Inscription : 29 Jan 2009, 11:48
Localisation : Paris VDM / Londres UK

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par antifascista le 20 Mai 2009, 07:24

http://www.lefigaro.fr/actualite-france ... ation-.php
Les nouveaux flashballs
de la police en accusation
Jean-Marc Leclerc
14/05/2009 | Mise à jour : 22:36

Les cas de blessures au visage par ces puissants lanceurs de balles en caoutchouc se multiplient. La police des polices enquête.

Les nouvelles armes anti-émeutes de la police et de la gendarmerie sont-elles dangereuses ? Alors que la justice tente de savoir dans quelles conditions deux hommes de 21 ans et 31 ans ont été grièvement blessés à l'œil par des tirs de flashball, à l'occasion d'échauffourées à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise), le 9 mai dernier, l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) instruit plusieurs affaires où des manifestants ont été atteints au visage par des projectiles apparemment tirés par les forces de l'ordre.

Au-delà de la Corse, où l'on suspecte un tir tendu de grenade lacrymogène contre un jeune de 14 ans, le 30 mars dernier, les «bœufs-carotte», comme les policiers appellent les inspecteurs de l'IGPN, enquêtent sur des incidents à Nantes, Toulouse ou Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis). En cause, notamment : le «lanceur 40», dernier cri de l'armurerie «non létale», qui théoriquement blesse mais ne tue pas. «On ne parle plus d'arme non létale mais de moyen de force intermédiaire», corrige un haut fonctionnaire de la Place Beauvau. Comme si la polémique sur le pistolet à impulsion Taser avait laissé des traces.

Cette arme, également dénommée le «40-46» ou «LBD» (lanceur de balles de défense), a été commandée à 2 500 exemplaires par le ministère de l'Intérieur pour équiper les services confrontés aux violences urbaines. Son atout : à la différence du classique flashball qui tire à 15 mètres, ce superlanceur peut envoyer des projectiles à plus de 40 mètres. Avec suffisamment de force pour mettre K.-O. sa cible. Ce que ne permettait pas toujours l'ancien modèle, dès lors que la personne visée portait un épais blouson.

L'IGPN a publié le 6 novembre dernier une notice d'emploi de cette arme. Tout fonctionnaire de police doit être spécialement habilité, après avoir suivi une formation où on lui enseigne notamment qu'il est interdit de tirer à bout portant ou de viser la tête. Avant de tirer, il faut utiliser le viseur de l'arme et même anticiper sur les éventuels mouvements qui amèneraient la cible à exposer son visage.

Filmer les actions des agents

À Villiers-le-Bel, la CRS 40 de Dijon envoyée sur place n'aurait pas utilisé de flashball. Mais la Sécurité publique locale en était dotée. À Toulouse, le 19 mars, c'est une balle en caoutchouc tirée par des fonctionnaires de la brigade anticriminalité (BAC) qui a crevé l'œil d'un étudiant de 25 ans. À Neuilly-sur-Marne, le 1er mai, un jeune homme de 18 ans a aussi été touché au visage. De plus en plus, des unités d'intervention non spécialisées dans le maintien de l'ordre sont ainsi amenées à employer ces nouveaux «moyens de force» dont la police s'est dotée après les émeutes de l'automne 2007 pour mieux se défendre.

La commission nationale de déontologie de la sécurité recommande que l'usage de ces armes soit filmé pour réduire les risques de bavures. Le ministère de l'Intérieur y semble favorable. La loi Estrosi contre les bandes devrait permettre de généraliser l'enregistrement des actions de police. Un système de microcaméra directement apposée sur le vêtement de l'agent, au niveau du col, est même à l'étude.



VIOLENCES
Appel au calme du maire de Villiers-le-Bel après les incidents
NOUVELOBS.COM | 14.05.2009 | 18:44

Le maire socialiste souhaite que "tout la lumière soit faite" sur les affrontements de samedi durant lesquels cinq policiers et deux jeunes ont été blessés. "Il faut que les violences cessent", a-t-il demandé.

Le maire socialiste de Villiers-le-Bel (Val-d'Oise), Didier Vaillant, a lancé un appel au calme jeudi 14 mai et a demandé que "toute la lumière soit faite" sur les affrontements de samedi dernier durant lesquels cinq policiers et deux habitants ont été blessés.
"Il faut que les violences cessent, que chacun se respecte. Si des habitants doivent pouvoir se réunir en bas d'un immeuble, ils doivent aussi respecter la tranquillité des autres. De leur côté, les policiers doivent pouvoir intervenir sans être pris à partie", a déclaré Didier Vaillant lors d'une conférence de presse.

Deux jeunes ont été grièvement blessés

Samedi au soir, de violents affrontements ont éclaté dans différents quartiers de Villiers-le-Bel entre forces de l'ordre et jeunes de la ville. Les policiers appelés pour un tapage nocturne ont essuyé des tirs de projectiles de la part de jeunes réunis à l'occasion d'un barbecue.
Durant ces incidents, deux CRS et trois policiers de Sarcelles ont été légèrement blessés par des tirs de projectiles et deux hommes de Villiers-le-Bel âgés de 21 et 31 ans ont été grièvement blessés et ont chacun perdu l'usage de leur œil.
"Toute la lumière doit être faite", a demandé Didier Vaillant qui s'est félicité de l'ouverture mercredi de deux informations judiciaires pour savoir dans quelles circonstances les cinq fonctionnaires et les deux habitants ont été blessés.

L'Inspection générale de la police saisie

Marie-Thérèse de Givry, la procureur de Pontoise, a saisi l'Inspection générale de la police nationale et lancé une enquête "menée par des policiers extérieurs au Val-d'Oise". Celle-ci devrait notamment déterminer si les deux hommes ont été blessés par des tirs de flash-ball.
La procureur a également ouvert une information judiciaire pour violences volontaires contre des forces de l'ordre, pour connaître les circonstances dans lesquelles des policiers et des CRS ont été blessés.
"Il faut renouer le dialogue entre les jeunes et la police", a ajouté le maire de Villiers-le-Bel, tout en posant la question des "conditions dans lesquelles deux jeunes ont pu être grièvement touchés à la tête".

"Un guet-apens" ?

Le blessé de 31 ans "dit qu'il mangeait un sandwich dans la rue quand des forces de l'ordre sont arrivées", a affirmé son avocate, Caty Richard, soulignant qu'"il a été touché à l'œil par ce qu'il dit être une balle sans qu'on sache si c'est une balle, un flash-ball ou un gomme-cogne".
"C'était un guet-apens, une centaine de jeunes encagoulés attendaient les forces de l'ordre avec des pierres et des bouteilles", a expliqué, pour sa part, Francis Debuire, secrétaire du Syndicat général de la police (SGP-FO) du Val-d'Oise.
Depuis la mort en novembre 2007 de deux adolescents tués dans la collision de leur moto avec un véhicule de police, les affrontements entre jeunes et policiers sont récurrents à Villiers-le-bel. Depuis les affrontements de samedi, des policiers supplémentaires ont été postés autour de la ville, où tout le monde craignait de nouvelles émeutes. En outre, le maire a précisé qu'une Unité territoriale de quartier de 21 policiers allait être installée début juin.
(Nouvelobs.com)



Flashball superstar
Œil pour œil - Quatre jeunes éborgnés par la police

Avec les illustrations et les liens :

http://www.plumedepresse.com/spip.php?article1134

Dimanche 17 mai 2009, par Olivier Bonnet

Et de quatre ! Le 27 novembre 2007, un lycéen manifestant mineur perdait un oeil à Nantes, par la faute d’un tir de flashball. Rebelote à Toulouse, le 19 mars dernier, où la victime est un autre manifestant, étudiant cette fois, éborgné par un nouveau tir d’un policier équipé de cette "arme à létalité atténuée", suivant sa définition officielle. Arme de défense, censément. Pas sûr que le lycéen ni l’étudiant menaçaient le policier au point qu’il lui ait fallu "se défendre" en leur tirant dans l’oeil... Avec l’affaire de Villiers-le-Bel du 9 mai, la liste s’allonge dangereusement, les CRS ayant réussi un joli doublé : deux nouveaux borgnes d’un coup !

Alexandre, l’un d’entre eux, 21 ans, raconte sur Le Post : "Samedi soir, j’étais à un barbecue, pour l’anniversaire d’un ami, à la Cerisaie. On était une vingtaine. On mangeait et on écoutait de la musique qui venait d’une voiture garée à côté. Je suis arrivé vers 22h, et ça a dégénéré vers 22h30." Comment ça a dégénéré ? "Vers 22h30, un camion de CRS s’est approché de nous. Ils se sont garés à côté. Là, des jeunes ont commencé à jeter des projectiles sur le camion." Quels jeunes s’en sont pris aux CRS ? "Des petits, plus jeunes que nous, qui n’étaient pas au barbecue et qui étaient dans la cité. Ils sont arrivés quand le camion des CRS s’est garé. J’ai entendu dire qu’ils étaient une centaine et qu’ils étaient cagoulés. Ils étaient en fait une dizaine et n’étaient pas cagoulés." Qu’ont-ils jeté sur le camion des CRS ? "Des pierres, des cailloux." Comment les CRS ont-ils réagi ? "Au départ ils sont restés dans le camion. Puis sont descendus, et se sont rués vers nous. Les petits se sont un peu mélangés à nous, et on a été pris dans le tas. Les CRS ont riposté avec des gaz lacrymogènes et des flashballs." Comment avez-vous réagi ? "Avec un ou deux amis, on a essayé de parler avec les CRS, de leur dire qu’on avait rien à voir. Ils n’ont rien voulu savoir, n’ont rien dit du tout." C’est là que vous avez été blessé ? "Oui. Des CRS étaient en face de moi. J’ai tourné la tête à droite pour voir ce qu’il s’y passait. On était un peu cernés. C’est là que j’ai reçu un tir de flashball dans l’oeil droit. C’est un CRS qui me l’a lancé. A environ 7 ou 8 mètres de distance, à bout portant." Avez-vous vu le CRS tirer sur vous ? "Oui. Il m’a visé et m’a touché à l’oeil."

Que se passe-t-il dans la tête d’un policier qui agit ainsi ? "Ah, vous n’avez rien à voir avec ça ? J’veux pas le savoir, je tire dans le tas et je vise la tête." Faut-il que le sentiment d’impunité soit grand chez ceux qui se permettent de commettre ce matrackgenre de bavures. Puissant révélateur des dégâts causés par l’idéologie sécuritariste utilisée par Sarkozy comme attrape-lepénistes, avec son discours de matamore et ses attitudes belliqueuses constantes, ses gesticulations, ses postures autoritaires et ses déclarations de "guerre aux voyous". Pas étonnant que certains flics jouent les caïds, s’ils se mettent en tête de "nettoyer la racaille au karcher". Sans compter que la ministre de l’Intérieur soutient sa police sans mesure, osant même prétendre, au micro de France Inter, n’avoir pas vu les images montrant des CRS utilisant leurs gaz lacrymogènes à tir tendu et jetant même des pierres sur les manifestants anti-sommet de l’OTAN ! Combien de policiers sont condamnés à l’issue des enquêtes ? Sur les événements de Villiers-le-Bel, l’une d’elles est naturellement ouverte, et elle commence très fort : la police affirme "ne pas connaître l’origine des blessures de ces deux jeunes"...

N’importe quel citoyen peut-il aujourd’hui, se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment, prendre un tir de flashball dans la tête et perdre un oeil ? Ou encaisser une décharge de taser, juste parce qu’un fonctionnaire de police aura voulu jouer les gros bras ? Et l’on s’étonne du climat désastreux qui règne panneauentre la police et la population ? Les parents du lycéen éborgné à Nantes en 2007 estiment, dans un communiqué repris par Altermonde-sans-frontières, qu’on peut légitimement se demander si les policiers n’ont pas visé l’oeil exprès, avant de conclure : "On peut estimer ce soir que les enquêtes ouvertes par les procureurs de Nantes et de Toulouse n’aient aucunement dissuadé la police d’utiliser de tels armements sans discernement, pas plus que les reproches graves et circonstanciés faits à la police dans l’affaire de Nantes par la CNDS (Commission nationale de déontologie de la sécurité) et par Amnesty Internationnal. Il est urgent que l’ensemble des personnes et mouvements attachés à la démocratie se saisissent de ce problème urgent, le nouvel armement de la police et les graves mutilations qu’il peut causer sur des innocents, problème encore actuellement placé au second plan dans le débat public." Halte aux brutalités policières !


http://www.leparisien.fr/faits-divers/l ... 515866.php
La police rappelée à l’ordre sur l’utilisation du flash-ball
La hiérarchie policière vient de rappeler les règles d’usage du flash-ball . Des enquêtes sont en cours après des incidents durant lesquels trois personnes ont été blessées au visage.

Deux personnes ont perdu un oeil le week-end dernier lors d’incidents entre jeunes et policiers à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise). Une autre victime a été blessée à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) le 1 e r mai. Dans ces trois cas, des expertises judiciaires devront déterminer la nature du projectile à l’origine de ces blessures.
Des enquêtes sont en cours et la police des polices a été saisie pour faire toute la lumière sur ces affaires qui ont donné lieu au dépôt de trois plaintes.
C’est dans ce contexte que le patron des policiers de terrain vient d’adresser à ses troupes un strict rappel à l’ordre des consignes d’utilisation des armes, notamment du pistolet flash-ball qui tire des balles en caoutchouc. Responsable de la direction centrale de la sécurité publique (DCSP), Eric Le Douaron a envoyé, en milieu de semaine, une note à l’ensemble de ses directeurs départementaux. Dans cette missive, que nous nous sommes procurée, le contrôleur général rappelle en des termes sans équivoque le cadre législatif et les conditions d’utilisation strictes du flash-ball.

« Les visées au niveau du visage et de la tête sont formellement proscrites »

« Suite à l’utilisation de lanceurs de balles de défense type flash-ball lors d’événements récents, je vous demande de rappeler à l’ensemble de vos effectifs les règles impératives d’utilisation de ces types d’armement, précise d’emblée le haut fonctionnaire. En ce qui concerne le flash-ball : usage limité au seul cadre de la légitime défense de soi-même ou d’autrui, respect de la distance minimale de tir de 7 m afin d’éviter toute lésion corporelle, au visage notamment. »
Eric Le Douaron insiste également sur le fait que « l’emploi de ces armes, bien qu’elles soient dites non létales (…), doit s’inscrire dans le cadre d’une riposte ou d’une action proportionnée et être réalisé avec discernement. Les modalités d’usage (distance d’utilisation, zone visée…) doivent être suivies avec le maximum d’application afin d’éviter des dommages, voire des blessures graves, infligés aux individus ciblés. Ainsi les visées au niveau du visage et de la tête sont formellement proscrites. »
Le patron de la sécurité publique rappelle également que « chaque utilisateur devra impérativement établir un rapport circonstancié et immédiat avant sa fin de service, le jour même du tir (…). Ce rapport sera transmis avec l’avis du directeur départemental de la sécurité publique sans délai par courriel à la DCSP. »
« J’attache un prix tout particulier à la stricte application de mes consignes. (…) Je ne doute pas de votre implication personnelle dans le contrôle et le suivi de l’utilisation de ces matériels », conclut Eric Le Douaron.
Pour Mohamed Douhane*, commandant de police, membre du bureau national du syndicat Synergie officiers, « la gestion du maintien de l’ordre public demeure un art difficile même si la France est citée en exemple en la matière ». « Les policiers doivent certes faire preuve de discernement et de sang-froid avant de se servir du flash-ball, explique le syndicaliste. Mais ce n’est pas toujours évident face à la banalisation et la radicalisation de la violence constatée ces dernières années dans certains quartiers. »

* Vient de publier « les Tabous de la police, itinéraire d’un flic français », Bourin Editeur.
STRICTLY ANTIFASCIST
Avatar de l’utilisateur
antifascista
Gold Rider
 
Message(s) : 425
Inscription : 12 Fév 2008, 17:37

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par mutri le 20 Mai 2009, 15:49

les flics c des porcs

c'est la corporation qu'on devrait detester dès la naissance tellement c des tchi tchi man


je suis pas d'accord qd y a rudy qui di que les manifs de pecheurs etc sont impunies vu qu on a vu recemment que ces cons de flics de crs vont jusqa taper et balancer des grenades dispersantes sur des maton ( loooooooooooooooooooooooool)

franchement c de la merde les flics ils sont là que pour faire chier le monde

ces gars là ils tirent au flashball a hauteur de tête sur leurs cibles ces pd
Avatar de l’utilisateur
mutri
Tourist Rider
 
Message(s) : 20
Inscription : 13 Mars 2009, 19:20

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par antifascista le 30 Mai 2009, 11:05

Voilà les nouveaux joujous des schmitts (futur proche) :

http://societe.fluctuat.net/diaporamas/ ... la-police/
STRICTLY ANTIFASCIST
Avatar de l’utilisateur
antifascista
Gold Rider
 
Message(s) : 425
Inscription : 12 Fév 2008, 17:37

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par Lord Fatine le 30 Mai 2009, 11:59

Image
Vehicle-Mounted Active Denial System. Le VMADS est un canon à micro-ondes (95 GHz) monté sur un véhicule, dont le faisceau entraîne des effets comparables à ceux d'un steak décongelé au four à micro ondes en pénétrant la peau jusqu'à 1mm de profondeur. La peau peut monter jusqu'à 55 degrés, provoquant une forte sentation de brûlure. De quoi contraindre un assaillant à lâcher illico son arme. Avantage crucial, il fonctionne jusqu'à 500 mètres de distance.

:?
Click to see the ImageBandcamp : http://lordfatine.bandcamp.com
Avatar de l’utilisateur
Lord Fatine
Untouchable Rider (Moderator)
 
Message(s) : 4298
Inscription : 18 Juin 2007, 20:09
Localisation : 7.8

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par 13TSF le 30 Mai 2009, 12:42

antifascista a écrit:Voilà les nouveaux joujous des schmitts (futur proche) :

http://societe.fluctuat.net/diaporamas/ ... la-police/


ben putain.. entre les décharges de taser qui deviennent la norme, les flingues qui balancent des balles au piment et les mini- hélicoptères de surveillance ça fait vraiment flipper sa race la société de demain..

si c' est ça leur futur :| :|
"être français, c'est d'abord être révolutionnaire".
éric cantona, 8 décembre 2009.
Avatar de l’utilisateur
13TSF
Gold Rider
 
Message(s) : 428
Inscription : 12 Sep 2007, 15:25
Localisation : le 13

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par Pov le 30 Mai 2009, 15:03

j'avais deja ça sur un effet papillon......
les gars fesaient des test dans le desert et cette machine etait capable de stopper une troupe
de soldats avec pour effet celui d'un micro onde geant(crame de l'interrieur!!!) :shock:

la machine etait meme capable de selectioné des gars precis dans une foule et juste les atteindre eux......

dans le doc il racontait que c'etait une nouvelle arme pour les manifs du futur!!! :shock:
Avatar de l’utilisateur
Pov
Diamond Rider
 
Message(s) : 1331
Inscription : 12 Nov 2007, 13:51

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par SKR le 31 Mai 2009, 11:48

Ready for 4th reich ?

tiens un petit truc au cas où vous n'auriez pas jeté un oeil là dessus, ça rapelle bien combien les failles au sein de leur système de force de l'ordre illustrées par les bavures, sont importantes pour le recrutement et l'obéïssance :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Milgram
Avatar de l’utilisateur
SKR
Silver Rider
 
Message(s) : 108
Inscription : 29 Jan 2009, 11:48
Localisation : Paris VDM / Londres UK

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par SKR le 31 Mai 2009, 12:50

Ca fait partie aussi des dérives sécuritaires ça, alors je le mets ici :
Gates met en garde la Corée du Nord et rassure les alliés des USA en Asie

De Daphné BENOIT – Il y a 1 jour

SINGAPOUR (AFP) — Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a fermement mis en garde samedi la Corée du Nord contre la poursuite de ses activités nucléaires et a assuré que Washington était prêt à réagir si Pyongyang menaçait les Etats-Unis ou leurs alliés en Asie.

"Nous n'accepterons pas une Corée du Nord dotée de l'arme atomique", et "nous ne resterons pas les bras croisés alors que la Corée du Nord se dote de la capacité de détruire n'importe quelle cible en Asie, ou nous-mêmes", a a-t-il affirmé lors d'une conférence régionale sur la sécurité à Singapour.

De source américaine, Pyongyang pourrait se préparer à lancer un engin balistique à longue portée.

M. Gates, qui adressait à Pyongyang ses mots les plus durs depuis son essai nucléaire de lundi, suivi de six tirs de missile de courte portée, a averti le régime communiste que Washington réagirait en cas de prolifération nucléaire.

"Le transfert d'armement ou de matériel nucléaire par la Corée du Nord à des Etats ou des acteurs non-étatiques serait considéré comme une grave menace pour les Etats-Unis et leur alliés", a-t-il souligné.

L'attitude belligérante de la Corée du Nord, qui a menacé mercredi d'attaquer la Corée du Sud, ne représente pas "pour l'instant" une menace militaire directe pour les Etats-Unis mais elle pourrait provoquer une course aux armements en Asie, a encore prévenu le chef du Pentagone.

Washington, Tokyo et Séoul se sont mis d'accord samedi pour élaborer "une réponse commune", au cours d'une réunion tripartite de leurs ministres de la Défense, a déclaré à la presse le sud-coréen Lee Sang-Hee, à la sortie d'une rencontre de près d'une heure avec ses homologues américain Robert Gates et japonais, Yasukazu Hamada.

Selon un membre de la délégation américaine, les ministres ont conclu que "les négociations à six restent le véhicule principal" pour régler le problème. "Mais en même temps nous devons penser à ce que nous pouvons faire de plus pour faire pression (sur Pyongyang) et pour préparer nos propres défenses" en cas d'échec des efforts diplomatiques.

Les Etats-Unis, la Chine, le Japon, la Russie et la Corée du Sud participaient aux négociations à six avec la Corée du Nord sur la dénucléarisation de Pyongyang jusqu'à ce que le régime nord-coréen se retire des pourparlers en avril.

M. Gates exclut toutefois pour l'heure de renforcer la présence militaire américaine en Corée du Sud, où sont stationnés 28.000 GI's, et a répété samedi privilégier la voie diplomatique.

L'ONU étudiait une possible résolution sanctionnant la Corée du Nord, malgré la menace de Pyongyang d'y répondre par des mesures de "légitime défense".

A Singapour, un haut responsable militaire chinois a appelé la communauté internationale au calme.

"La péninsule coréenne devrait se diriger vers la dénucléarisation et nous espérons que toutes les parties concernées garderont la tête froide et répondront de manière mesurée au problème", a déclaré Ma Xiaotian, vice-chef d'état-major général de l'armée chinoise.

M. Gates avait auparavant jugé "essentiel pour les Etats-Unis et la Chine de trouver des opportunités de coopérer à chaque fois que cela est possible", alors que Pékin est considéré comme l'acteur le plus influent auprès de Pyongyang.


:arrow: http://www.google.com/hostednews/afp/ar ... K0eoJ65c7Q
Avatar de l’utilisateur
SKR
Silver Rider
 
Message(s) : 108
Inscription : 29 Jan 2009, 11:48
Localisation : Paris VDM / Londres UK

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par Home Boy le 01 Juin 2009, 23:17

Une pensée à Oussama.

Ce soir la ville pense à toi.
Avatar de l’utilisateur
Home Boy
Diamond Rider
 
Message(s) : 1468
Inscription : 29 Jan 2008, 15:18

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par Home Boy le 02 Juin 2009, 18:45

Pas mal d'approximations dans cet article et surtout la version policère, mais ça parle un peu drame.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/v ... 534916.php


Violents affrontements aux Ulis

Des affrontements ont opposé plusieurs dizaines de jeunes gens à la police lundi soir aux Ulis (Essonne), lors desquels les fonctionnaires pourraient avoir été visés par un tir d'arme à feu, sans faire de blessés, a-t-on appris mardi de sources policière et judiciaire. La police évoque une «suspicion» de tir essuyé par la police.
Un tir aurait été vu et entendu, mais aucun projectile n'ayant été retrouvé, «des vérifications sont en cours», a-t-on expliqué de source policière.

Selon le procureur d'Evry Jean-François Pascal, la police a affirmé avoir vu une personne manipuler une arme d'épaule qui aurait tiré. Il convient toutefois de rester prudent eu égard à la confusion dans laquelle les faits ses ont déroulés, a ajouté le magistrat. Dans la soirée, deux ou trois véhicules de police ont été endommagés par des jets de projectiles.

Huit voitures ont été incendiées, des cocktails molotov ont été lancés dont certains sur un distributeur de billets de la Poste, dont le local a été partiellement endommagé. Selon le procureur, des individus ont tenté d'ériger une barricade autour du commissariat.

Le calme est revenu vers 02H00 après l'intervention des CRS. Cinq hommes de 18 à 23 ans ont été placés en garde à vue pour participation à un attroupement armé, selon des sources policière et judiciaire.

Selon une source policière, ces violences seraient liées à un événement survenu la semaine précédente. Le 28 mai, un homme de 21 ans habitant les Ulis a lourdement chuté sur la tête lors de son interpellation à Massy et se trouve actuellement dans le coma à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Selon la police, il a voulu donner un coup de pied à une policière qui ramassait les effets personnels que l'homme avait jeté, avant de perdre l'équilibre et que sa tête ne heurte un muret. Les autres témoignages vont dans le même sens, a-t-on affirmé de source policière. La famille de cet homme, qui veut des «éclaircissements», a appelé à un rassemblent mardi après-midi sur les lieux pour recueillir des témoignages.

La police était intervenue alors que l'homme, en état d'ébriété avancée (2,44 grammes d'alcool par litre de sang, selon le procureur), se battait avec un autre jeune qu'il connaissait.

Le parquet avait ouvert une enquête le 29 mai pour «blessures involontaires», confiée à la Sûreté départementale, qui enquête également sur les violences de lundi soir pour déterminer les conditions dans lesquelles a eu lieu cette chute, selon le procureur.

Celles-ci pourraient aussi être liées à des interpellations pour trafic de stupéfiants aux Ulis la semaine dernière, selon une source policière.
Avatar de l’utilisateur
Home Boy
Diamond Rider
 
Message(s) : 1468
Inscription : 29 Jan 2008, 15:18

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par OGKim le 02 Juin 2009, 21:11

cest pas la premiere foi ke les ulis son chauffer je me rapelle a lepok quand ya eut les emeute les vigil cetai fait salement canarder au pompe
par un de ces bohomes ...homeboy le connais surement ....mais cetai il y a longtemps mais ca avait pas rigoler
bref voila ce ke la repression policiere amene plus de violence ...
SC13 alfred 13 en paix .jean michel 13 en paix
scan warrior .en paix momo asnay en paix .man asnay en paix .jeckel 13 en paix .arna 13 en paix .joker 13 en paix .pascal warrior en paix .suga quik repose en paix !!!!
bg rambo simone 13 en paix
Avatar de l’utilisateur
OGKim
Way 2 Bling-Bling Rider
 
Message(s) : 4272
Inscription : 08 Jan 2006, 13:51

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par Home Boy le 02 Juin 2009, 21:19

La maire a porté plainte contre les policiers hier, parce qu'ils ont chauffé les grands sans se rendre compte que la dame au milieu des grands c'était le maire... Ce soir c'est quadrillage total.
Avatar de l’utilisateur
Home Boy
Diamond Rider
 
Message(s) : 1468
Inscription : 29 Jan 2008, 15:18

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par OGKim le 02 Juin 2009, 21:24

Home Boy a écrit:La maire a porté plainte contre les policiers hier, parce qu'ils ont chauffé les grands sans se rendre compte que la dame au milieu des grands c'était le maire... Ce soir c'est quadrillage total.
:shock: abuser !!!!vous en aver de la chance davoir une mere comme maire nous jacke toubon on las jamais vu meme passer meme ses enveloppe cher les tang il les prennait undercover
SC13 alfred 13 en paix .jean michel 13 en paix
scan warrior .en paix momo asnay en paix .man asnay en paix .jeckel 13 en paix .arna 13 en paix .joker 13 en paix .pascal warrior en paix .suga quik repose en paix !!!!
bg rambo simone 13 en paix
Avatar de l’utilisateur
OGKim
Way 2 Bling-Bling Rider
 
Message(s) : 4272
Inscription : 08 Jan 2006, 13:51

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par Home Boy le 03 Juin 2009, 12:24

Si elle est là à la place de l'ancien c'est parce qu'il a vraiment salement déconné et que ça nous poussé à agir. Elle sait que c'est dans l'intérêt général (et surtout dans le sien) que les schmidts n'en fassent pas trop.
Avatar de l’utilisateur
Home Boy
Diamond Rider
 
Message(s) : 1468
Inscription : 29 Jan 2008, 15:18

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par Home Boy le 05 Juin 2009, 13:17

On ne lâche rien :

http://www.nicematin.com/ta/grasse/1919 ... =EREC-110&

Image
Devant le commissariat de police, les manifestants ont demandé la suspension des policiers impliqués dans le décès d'Abdelhakim Ajimi.

Affaire Ajimi : ils ont manifesté pour que justice soit rendue

Mobilisation. Hier, autour du comité de soutien à Hakim Ajimi, décédé voilà un an lors d'une interpellation musclée, une journée d'action avec manif et forum« Il est mort étouffé et ils étouffent l'affaire ! » Des slogans incisifs. Des discours chargés d'émotion. Pas mal d'incompréhension. Un an après la mort d'Abdelhakim Ajimi, à l'âge de 22 ans, des suites d'une interpellation policière musclée, les proches sont toujours là. Présents. Tristes et forts à la fois. Hier, autour de Boubaker Ajimi, le père, de son épouse et de ses trois autres enfants, ils étaient près de 200 pour la journée de mobilisation en hommage au jeune homme.

Le 9 mai 2008, pendant Exporose, Abdelhakim Ajimi a giflé son banquier et a été interpellé peu après par la brigade anticriminalité alors qu'il rentrait chez lui. « Il était maintenu à plat ventre pendant qu'un policier national appliquait la prise de l'étranglement et qu'un autre appuyait sur son dos avec son genou » racontent, sidérés, des témoins.

Mort par « asphyxie mécanique »

Mort par « asphyxie mécanique ». C'est ce qu'a révélé l'autopsie. Depuis, les deux agents ont été placés sous le statut de « témoins assistés » et cinq autres policiers ont été mis en examen pour « non-assistance à personne en danger ».

« Témoins assistés ? Qu'est-ce que ça veut dire ? Moi, je veux que la justice me dise qui a tué mon fils » lance Boubaker Ajimi, en tête du cortège. C'est la quatrième fois, depuis le drame, qu'il manifeste afin de « faire éclater la vérité ». Concentré et calme, l'homme s'oppose à tout excès de violence tout en faisant montre de beaucoup de détermination. « On ne va pas lâcher. Ceux qui ont fauté doivent être condamnés... comme tout citoyen qui commet une erreur ».

Autour de lui, la famille, les proches, des personnalités politiques et nombre de militants associatifs de tout le pays. « Honte à la police » lancent-ils. Derrière le mégaphone Walid Klai, un cousin et un porte-parole énergique. « Ce ne sont pas des hommes qui ont fait ça ! Ce sont encore moins des gardiens de la paix ! Ils se sont acharnés sur lui avec haine et bêtise ! Aujourd'hui, on leur octroie un statut bâtard ! Même un voleur de bicyclette se serait fait infliger une peine plus pénible ! » La voix est éraillée, l'émotion palpable.

C'est au pied de l'établissement où Hakim Ajimi a perdu la vie que l'émoi est le plus intense. Une minute de silence est respectée. Les visages se figent. « On pourrait rester des heures en silence pour lui ! » laisse tomber une Grassoise au moment où la marche reprend. Quelques mètres plus loin, une nouvelle halte est respectée au pied de l'immeuble où vivait la famille Ajimi.

Une pause symbolique face au commissariat

Ultime arrêt : le commissariat de police nationale. Pause symbolique. Les mains s'unissent, les banderoles se déploient de plus belle, les chefs de file prennent la parole. En haut des marches, le commissaire Véronique Morandi. Aujourd'hui commissaire central de Cannes et chef de district, elle était, au moment des faits, à la tête de la police grassoise.

« Nous voulons que ces policiers soient suspendus de leurs fonctions car ils représentent un danger pour tous ! ». Dans les rangs, certains s'indignent : « Il paraît qu'ils sont toujours en activité ! » C'est bien le problème des militants : rien n'a encore été tranché. Et, pour Boubaker Ajimi, il va falloir que cela ait lieu. « Pas de justice, pas de paix » Et pas de véritable deuil non plus...
Gaelle Belda
Avatar de l’utilisateur
Home Boy
Diamond Rider
 
Message(s) : 1468
Inscription : 29 Jan 2008, 15:18

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par antifascista le 07 Juin 2009, 13:26

MARCHE POUR LAMINE DIENG, mort dans lors d’une arrestation policière, le SAMEDI 27 JUIN 2009 !
Rendez-vous à 14h30 au 58 rue des Amandiers 75020 PARIS M° Père-Lachaise (lignes 2 & 3)
VENEZ NOMBREUX-SES !!!

Il y a 2 ans, le dimanche 17 juin 2007 entre 4h et 4h30du matin, la police a été appelée pour « tapage nocturne » au 8 rue de la Bidassoa Paris 20è.

Les 8 policiers qui se sont rendus sur les lieux, ont trouvé dans la rue un jeune homme seul et non armé, tentant de se cacher.

Après l’avoir plaqué au sol face contre terre, l’avoir menotté aux poignets, un bras passé par dessus l’épaule et l’autre replié dans le dos, et lui avoir attaché les chevilles avec une sangle de contention en cuir, les policiers l’on porté dans le fourgon de police.

C’est là, sur le plancher du fourgon, que tandis qu’un policier pressait sa tête, quatre autres comprimaient son thorax agenouillés respectivement sur son épaule droite, son épaule gauche, son dos et ses jambes maintenues repliées en arrière.

Ce jeune homme s’appelait Lamine DIENG. Un jeune homme qui avait une famille, des amis, des projets, en 1 mot : une vie. Il avait 25 ans et il est mort, dans ces conditions-là, dans ce fourgon de police aux mains de ces 5 policiers. Cinq professionnels garants de la sécurité publique, initialement appelés pour tapage nocturne. En 2 jours, la Police des polices (IGS) a conclu que Lamine était « mort naturellement d’un arrêt cardiaque ».

La famille a déposé une plainte avec constitution de partie civile le 22 juin 2007. Un comité de soutien s’est formé pour exiger que toute la lumière soit faite sur le décès de Lamine, que Justice soit rendue, et raconter l’histoire de Lamine au monde pour l’inscrire dans la mémoire collective. La mort de Lamine ne doit pas être oubliée, nous ne laisserons personne l’oublier.

A ce jour, nous attendons les conclusions de l’enquête de la Justice. Les fonctionnaires de police impliqués sont quant à eux toujours en service.


POUR PLUS D INFOS LE SITE DU MOUVEMENT DES QUARTIERS
www.justicesocialepourlesquartiers.org
STRICTLY ANTIFASCIST
Avatar de l’utilisateur
antifascista
Gold Rider
 
Message(s) : 425
Inscription : 12 Fév 2008, 17:37

Passeport Biométrique...

Message par vinz seven le 12 Juin 2009, 01:03



Pour le passeport c'est trop tard, maintenant il seront tous biométrique.
Mais faites refaire vite fait vos cartes d'identité, parce qu'apparemment la biométrie c'est pour bientôt...
Avatar de l’utilisateur
vinz seven
Gold Rider
 
Message(s) : 369
Inscription : 13 Juil 2008, 00:40

Re: bavures policières & dérives sécuritaires

Message par antifascista le 12 Juin 2009, 09:48

http://www.rue89.com/2009/06/11/on-sen- ... -les-flics

« On s'en fout, il n'a qu'à pas insulter les flics »

Par Akli Miloud | gardien d'immeuble | 11/06/2009 | 20H00

Tout commence par une bonne nouvelle. Mon meilleur ami, Othmane Teguadoni, gagne un voyage à Rio par l'intermédiaire de son entreprise. Il me propose de l'accompagner. Je préfère l'offrir à mon beau-frère Abdelkader Benotmane (le frère de ma femme), qui est plus jeune que moi et serait plus intéressé.

Malheureusement, nous connaissons la suite. L'avion se crashe en mer. Mon meilleur ami Othmane et mon beau-frère Abdelkader sont décédés.

Avec ma famille, nous ferons pendant plusieurs jours un va et vient entre Tours (où je vis) et Châtellerault (où réside la famille de mon beau-frère). Un travail de deuil difficile pour notre famille. Je suis en état de choc. J'ai l'impression d'avoir envoyé mon beau-frère à la mort.

Ma femme est dans un état dépressif grave, elle manque de se suicider. Elle est arrêtée par le médecin pendant un mois pour traumatisme psychologique avancé. Larmes et pleurs sont notre lot quotidien.

"Laissez nous tranquille, je viens de perdre ma famille"
Mais je ne me doutais pas qu'un autre traumatisme allait de nouveau nous accabler. Le dimanche 7 juin, dans la nuit à 1h00, alors que je rentre sur Tours au volant de mon 4x4 noir avec ma femme et mes trois enfants (7, 12 et 14 ans), je remarque une voiture de police qui me suit.

Arrivé à mon domicile, devant mon parking, un policier me demande de m'arrêter. J'obtempère naturellement. Ils me disent : « Vous êtes perdus ? On peut vous renseigner ? ». Je leur réponds « Non merci, je suis chez moi. »

Les policiers me signifient que j'ai grillé un feu rouge, et me demandent mes papiers. Dès que j'ouvre la porte, le policier se rapproche. Ma femme, Zohra, souffle fort. Elle est agacée et épuisée. Elle crie au policier :

« Qu'est-ce qu'il y a ? Laissez nous tranquille, je viens de perdre ma famille. Ça vous gêne un arabe qui gagne bien sa vie ? »


Je m'excuse auprès des policiers. Je souhaite faire rentrer ma femme et mes enfants à l'intérieur de la maison, pour ensuite parler au calme avec les policiers. Les policiers m'attrapent par l'épaule et insistent afin que je leur donne immédiatement mes papiers.

Moi aussi épuisé par ces jours de deuil et le traumatisme de la mort de mon meilleur ami et de mon beau-frère, je crie : « Vous cherchez la merde ou quoi ? Qu'est-ce qui se passe ? »

"Restez dans le 4x4 ou je vais vous mettre une tarte"

Ni une ni deux, les policiers lâchent le chien sur moi. Je tombe brusquement par terre. Pendant ce temps, un des policiers va voir mes enfants apeurés entrain de crier et leur dit :

« Fermez vos gueules, restez dans le 4x4 ou je vais vous mettre une tarte. »


Les policiers me plaquent au sol en appuyant fortement sur mes membres : mains, thorax, gorge, parties génitales, tête. J'ai très mal, j'ai du mal à respirer. Ils tirent sur ma gorge et mon cou. Méthode qui s'apparente à une clé d'étranglement.

Elle a été condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme dans un arrêt du 9 octobre 2007 à la suite d'un décès en 1998. Puis, ils me rouent de coups. Ils me frappent à plusieurs reprises. Ils m'insultent et me traitent de « sale arabe ».

Un de mes voisins entend du bruit et vient voir les policiers. Il leur dit d'arrêter : « C'est un homme gentil, il vient de perdre des personnes de sa famille. »

Les policiers lui répondent : « On s'en fout, il n'a qu'à pas insulter les flics. » Le voisin se dirige vers ma femme et mes enfants pour les faire rentrer à la maison.

Un policier de la BAC (brigade anticriminelle) arrive sur les lieux. Il me connaît. En effet, je suis gardien d'immeuble et j'ai de très bonnes relations avec les policiers de la ville. Je les aide souvent et leur facilite l'accès aux immeubles quand ils en ont besoin.

Le policier de la BAC dit alors aux policiers : « Arrêtez, il est cool, je le connais. » Alors ils me serrent très fortement les menottes. Je ressens encore aujourd'hui des douleurs aux poignets.

Un jour d'ITT et six jours d'arrêt maladie

Je suis ensuite conduit au commissariat pour une garde à vue qui durera plus de 16 heures. Je subis un interrogatoire des plus étranges. On me demande combien je gagne, combien je paie de loyer.

Après avoir insisté, un policier accepte que je porte plainte à 10h30 le lendemain (lundi 8 juin). Pendant la garde à vue, je vois un médecin qui me donne un jour d'ITT et 6 jours d'arrêt maladie. Mais aucune copie de la plainte ne me sera remise et on ne me donnera pas non plus de copie du certificat du médecin.

Je suis accusé d'outrage et de coups et blessures sur un policier. Alors que je n'ai pas du tout touché les policiers. Ce sont eux qui m'ont attaqué.

On me remet une convocation au tribunal correctionnel pour le 10 septembre 2009. Document que je signe sans réellement lire avant de partir à 18h00 tellement j'étais bouleversé. Je n'ai qu'une idée en tête, rentrer chez moi.

A mon retour, je reçois le soutien de mes voisins et j'apprends que plusieurs personnes ont vu la scène et sont prêts à témoigner. Bien sûr, je ne vais pas en rester là et j'ai d'ores et déjà pris un avocat pour engager une procédure.

Ces propos ont été recueillis par Jehan Lazrak-Toub, journaliste indépendante et amie de Miloud
STRICTLY ANTIFASCIST
Avatar de l’utilisateur
antifascista
Gold Rider
 
Message(s) : 425
Inscription : 12 Fév 2008, 17:37

PrécédentSuivant

Retour vers LIFESTYLE

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron